Communiqué de presse, 25/09/2017

with Pas de commentaire

Contact Île-de-France invite la SOFECT, une structure médicale transphobe, pathologisante et partie prenante de la stérilisation des personnes trans à partager son « expérience » avecleurs familles et leurs proches, puis parle d’une « mauvaise lecture » de son geste.

Cest avec consternation que la Fédération Trans et Intersexes a appris l’organisation par Contact Île-de-France d’un débat à Paris sur la transidentité et les personnes trans avec pour principal interlocuteur le vice-président de la SOFECT (Société Française d’Etudes et de prise en Charge du Transsexualisme), animée par un psychologue sans expérience dans la prise en charge des personnes trans.

Faut-il rappeler que la SOFECT est une association de médecins nocive et dangereuse, qui s’est auto-proclamée experte du « transsexualisme » –  une catégorie psychiatrique mortifère qui nie le droit à l’autodétermination des personnes trans et sert à justifier des violences médicales arbitraires, inacceptables et aux conséquences souvent désastreuses, en particulier pour la santé mentale et physique des mineur.e.s à l’entourage desquel.le.s Contact Île-de-France prétend s’adresser ?

Toutefois, en dépit d’une condamnation ferme du Bureau national de Contact qui rappelle son engagement envers les revendications de l’Existrans, parmi lesquelles le démantèlement de la SoFECT et la dépatholgisation immédiate des transidentités, Contact Île-de-France refuse de reconnaître sa responsabilité et prétend avoir voulu « mieux connaître » le point de vue de la SOFECT en la constituant juge et partie de ses propres pratiques transphobes.

Elle fournit ainsi un relais de plus à cette structure qui, non contente de faire pression contre le changement d’état civil libre et gratuit en mairie, le changement de prénom toujours inaccessible aux mineurs en France et le libre accès aux soins des personnes trans répand des discours mensongers dans l’espace public et médiatique pour tenter d’exercer un monopole sur la « prise en charge » des jeunes trans.

Non, la Fédération Trans et Intersexes n’a pas eu une « mauvaise lecture » de cet événement, mais a au contraire très bien compris le message de Contact Île de France et s’inquiète vivement de la « formation » que l’association dit fournir à ses membres concernant les transidentités. Elle lui demande de vraies excuses, et lui intime de rendre la parole aux premier.e.s concerné.e.s et à leurs associations et collectifs si elle souhaite profiter de leur expérience et de leur expertise.

Contact Île-de-France apprendrait notamment que familles, ami.e.s et proches peuvent apporter leur soutien aux jeunes trans qui en font la demande dans le libre choix de praticien.ne.s qui, contrairement à la SOFECT, ne pathologisent pas leurs identités et permettent un accès à la santé égalitaire, non-discriminant et respectueux de leurs droits.

Répondre